[Apprendre le vélo, sans pédales]

Le vélo sans pédales aurait été inventé par l'Allemand Karl Drais en 1817. Il s'adressait alors aux adultes. On considère d'ailleurs la draisienne comme l'ancêtre du vélo moderne, bien qu'elle soit tombée en désuétude au 20e siècle, à mesure que le vélo à pédales gagnait en popularité. En 1997, toutefois, Rolf Mertens présente le vélo sans pédales comme un moyen d'apprendre la bicyclette sans avoir recours aux petites roues d'entraînement. La popularité de la draisienne fait, dans les années qui suivent, un bond spectaculaire. En effet, dans un article paru en février dernier, des chercheurs portugais se sont penchés sur les différentes façons de s'initier au vélo, la proportion d'enfants qui ont utilisé la draisienne est passée de 9,6 % dans les années 1960 à 49,2 % dans les années 2010... La méthode jusque-là la plus fréquente pour apprendre à rouler à bicyclette, rappelle l'article, était de commencer avec un…

0 commentaire

[Les rythmes quotidiens des villes à travers le monde]

Le Mobiliscope est un outil de géovisualisation librement accessible en ligne qui permet d’explorer les rythmes quotidiens des territoires et leur mixité sociale : Qui fréquente tel quartier ? Quels modes de transports sont utilisés pour s’y rendre ? Quelles sont les zones les plus attractives ? Quelle est l’ampleur de la ségrégation spatiale entre les riches et les pauvres ? Conçu et développé depuis 2017 par une équipe de géographes et géomaticiennes de l’UMR Géographie-cités (CNRS), cet outil intègre notamment la ville de Cherbourg-en-Cotentin et couvre une large partie de la région Normandie. Le Mobiliscope est construit à partir des données de mobilité issues de grandes enquêtes auprès de la population. En France, ce sont les enquêtes mobilité certifiées Cerema (EMC²) qui renseignent les déplacements réalisés quotidiennement au sein d’un territoire (périmètre plus ou moins vaste généralement centré autour de la ville qui commande l’enquête) par un échantillon représentatif de la population.…

0 commentaire

[Une pilule contraceptive pour hommes, sans hormone]

A ce jour, 71.9 % des femmes sont en âge de concevoir des enfants en France, dont 8 % n’utilisent aucun moyen pour éviter une grossesse. Ainsi, 220 000 Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) ont été réalisées en 2020 et une grossesse non désirée sur cinq est survenue malgré une contraception féminine, hormonale et orale. Si le protocole est parfois mal suivi, ce taux provient aussi du fait que l'efficacité du médicament n’est pas de 100 %. Face à cela, la contraception apparaît comme une responsabilité partagée à laquelle les hommes prennent aussi part. L’usage des préservatifs, le retrait (peu fiable), la vasectomie ou la pilule hormonale masculine sont les moyens plus ou moins connus actuellement utilisés, mais des scientifiques ont également annoncé le 23 mars 2022 avoir mis au point une pilule masculine sans hormone et pour laquelle aucun effet secondaire n’a été observé en laboratoire. L’efficacité du composé…

0 commentaire

[Portrait de Marie-Louise Giraud, cherbourgeoise et guillotinée]

Marie-Louise Giraud, née Lempérière, porte un nom devenu tristement célèbre. En 1940, elle pratique son premier avortement sur une de ses voisines venue lui demander son aide. Sans connaissance sur le sujet, elle s’exécute et une autre femme viendra la voir un an plus tard pour les mêmes raisons. Dès cette seconde intervention, elle se fera rémunérer pour cet acte. Le tribunal dénombrera un total de 27 avortements réalisés par Marie-Louise Giraud entre 1940 et 1942 à Cherbourg. Auparavant, les avortements étaient considérés comme des crimes. Ceux-ci étant jugés par la cour d’assise composée de citoyens tirés au sort, les avortements ne sont pas réellement gravement punis. Le gouvernement de Vichy du Maréchal Pétain dont la devise était “Travail Famille Patrie” décide alors de ne plus classer les avortements comme des crimes mais comme des délits qui, eux, seront jugés par le tribunal correctionnel. Les peines seront alors bien plus…

0 commentaire

[De Dolly à la première xénogreffe d’un cœur de porc]

Le 24 février 1997, le monde entier apprenait la naissance de la brebis Dolly, premier mammifère cloné. Elle était alors âgée de sept mois et avait été gardée secrète jusqu’alors. Elle suscita alors nombre de fantasmes laissant imaginer la possibilité de clones humains tels que la science-fiction l’avait cauchemardé. Depuis, cette technique se développe aux États-Unis et en Chine alors que l’Europe réglemente son usage. Vingt-cinq ans plus tard, des clones d'animaux de compagnie existent en Chine mais de telles recherches sont interrompues en France. En revanche, des manipulations génétiques peuvent exister dans le domaine de la recherche fondamentale ou de la thérapie génique.  L’annonce, le mois dernier, d’une xénogreffe de cœur de porc modifié sur un humain aux États-Unis a relancé un nouveau type de spéculation dans un contexte où le souci du bien-être animal a considérablement progressé. Ainsi, des médecins du Maryland ont réalisé, avec succès, la xénogreffe…

0 commentaire

[Une dent d’Homo sapiens qui fait débat]

Selon une étude parue dans Science Advances, des Homo sapiens et des Néandertaliens auraient vécu en alternance dans la même caverne du sud de la France, séparés les uns des autres par de très courtes périodes. La découverte d'une dent de lait sur le site attesterait en outre de l'arrivée d'Homo Sapiens en Europe plus tôt qu’on ne le pensait. En effet, cette dent est datée de 54 000 ans. Or, les restes d’hommes modernes les plus anciens en Europe étaient datés de 45 000 ans. Cette découverte a été réalisée par une équipe française dans la grotte Mandrin, dans la vallée du Rhône dans la Drôme. Il y aurait eu sur ce site plusieurs populations d’espèces différentes : la grotte aurait d’abord été occupée par les hommes de Néandertal, puis autours de 54 000, il y aurait eu cette incursion des hommes modernes, puis à nouveau une occupation néandertalienne,…

0 commentaire

[Les femmes, les sciences et le Covid-19]

Il y a bien un marronnier que l’association aimera à vous ressortir tous les ans tant que la problématique existera : les femmes en Sciences, et leur oubli, leurs barrières, le vol de leurs travaux. L’ONU y consacre désormais une journée, c’est la Journée Internationale des Femmes et Filles de Science, le 11 février. A ce titre, Terminus des Sciences vous a préparé plusieurs actions : conférence et projection sur les scientifiques femmes du XXe siècle, et des rencontres destinées aux jeunes avec des femmes scientifiques normandes. Pour mêler cette actualité de l’association à un ingrédient devenu indispensable à notre quotidien depuis 2020, nous traiterons alors du travail des scientifiques (femmes) autour de ce virus et de l’épidémie. De June Almeida à Shi Zhengli, les femmes de l’ombre de la virologie Nous entendons beaucoup de voix masculines s’exprimer dans les médias (conventionnels, réseaux sociaux, et chaînes Youtube) depuis le début…

0 commentaire

[L’algorithme d’amplification de Twitter penche à droite]

Vous ne vous en étiez peut-être pas rendu compte, mais il existe deux manières d’afficher les tweets dans votre fil Twitter. Vous pouvez choisir entre un fil chronologique ou un fil pondéré par algorithme, qui choisit les « Tweets populaires ». Le fil chronologique empile les tweets des comptes que vous suivez, les uns au-dessus des autres, en affichant le dernier publié en haut, à l’infini. Le fil pondéré par algorithme suppose quant à lui le recours à une intelligence artificielle, mais alors peut se poser la question de biais. Pour l'évaluer, Twitter a analysé des millions de Tweets du 1 avril au 15 août 2020, issus de comptes gérés par des élus dans sept pays et utilisé ces données pour tester si oui ou non ils sont plus amplifiés sur la chronologie d'accueil classée par algorithme que le flux chronologique inversé et s'il y avait des écarts au sein d'un groupe.…

0 commentaire

[Petite histoire de l’écartement des rails de chemin de fer]

Depuis le XIXe siècle, l’écartement dit normal entre deux rails de chemin de fer est de 4 pieds et 8,5 pouces, soit 1435 mm. Mais pourquoi? Les premières voies ferrées ont été construites par les ingénieurs anglais des tramways. Or les constructeurs de tramways produisaient aussi des chariots, dont l'écartement standard est celui-ci. Ainsi, en choisissant les mêmes dimensions, ils assuraient une reconversion plus aisée et à moindres coûts des chariots en wagon. Cet écartement standard des charrettes et des chariots venait du fait qu'en Europe et en Angleterre, les routes avaient des ornières et un espacement différent aurait causé la rupture de l'essieu. En effet, les premières grandes routes ont été construites par l'Empire romain, pour accélérer le déplacement des ses légions et de ses chariots de guerre. A force de trafic, les dalles des routes se sont creusées pour dessiner des ornières. Au lieu de les combler, les…

1 commentaire

[L’effet placebo décrypté]

La perception de la douleur peut être fortement influencée par les attentes et les croyances d'un individu. Cet effet, dit placebo, est connu depuis plus de 400 ans. En 1572, un philosophe français écrivait ainsi: ‘Il y a des hommes sur lesquels la simple vue de la médecine est opérante.’ Or une étude australienne récente, parue le 25 octobre dans la revue Journal of Neuroscience, suggère que l’effet placebo, ainsi que son semblable négatif, l’effet nocebo, agit au sein du centre cérébral du traitement de la douleur. L'activité cérébrale de 25 sujets (12 hommes et 13 femmes) recevant de faux traitements contre la douleur révèle que les effets placebo ou nocebo sont associés à des activités neurologiques particulières. Pendant deux jours consécutifs, grâce à l'application à l'aveugle de stimuli thermiques modifiés, les participants ont été trompeusement conditionnés à croire que deux crèmes inertes étiquetées « lidocaïne » (placebo) et « capsaïcine » (nocebo) agissaient pour moduler leur douleur…

0 commentaire

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger