[NOEMA multiplie sa vue par quatre]

Non, NOEMA n’est pas la nouvelle application domestique qui a le pouvoir d’agir à distance pour vous. En revanche, son domaine d’action se réalise bien à distance mais il s’agit ici de radioastronomie. NOEMA (NOrth Extended Millimeter Array) est le réseau millimétrique le plus grand de tout l’hémisphère nord, et il se trouve sur le plateau de Bure dans le massif du Dévoluy dans les Hautes-Alpes. Ce réseau interférométrique d’antennes paraboliques initié en 2014 et situé à 2550 mètres d’altitude est passé ce vendredi 30 septembre 2022 de 6 antennes à 12 antennes de 15 mètres de diamètre chacune. NOEMA est ainsi le fer de lance de l’IRAM (Institut de Radioastronomie Millimétrique) qui possède également une antenne de 30 mètres de diamètre à Pico Veleta dans le sud de l’Espagne. Qu’est-ce qu’une antenne millimétrique et que signifie l’interférométrie ? Une antenne parabolique qui travaille dans le domaine millimétrique recueille des ondes…

0 commentaire

[Mission accomplie pour la sonde DART !]

Ce mardi 27 septembre 2022 à 1h14, la sonde DART de la NASA a parfaitement rempli sa mission en percutant à plus de 20 000 km/h le satellite naturel de l’astéroïde géocroiseur Didymos. Mais avant de développer… rembobinons car un certain nombre de précisions s’imposent ! Qu’entend-on par géocroiseur ? Un astéroïde géocroiseur est un petit corps planétaire dont l’orbite croise celle de la Terre.  C’est un météoroïde lorsqu’il reste dans l’espace. Ce phénomène est loin d’être rare puisque de nombreux corps rocheux de plus ou moins petite ou grande dimension passent souvent à des distances allant entre 5 et 20 fois la distance Terre-Lune (384 000km en moyenne). De quoi relativiser certains titres accrocheurs du style « un astéroïde va frôler la Terre prochainement »… Rappelons également que le système solaire est vieux de 4.456 milliards d’années, qu’il compte huit planètes avec dans l’ordre à partir du Soleil : Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus…

0 commentaire

[Des signes de CO2 sur une planète au-delà de notre système solaire]

Dans une démonstration remarquable de sa précision et de son exactitude, le télescope spatial James-Webb (JWST), une collaboration entre la NASA, l'Agence spatiale européenne et l'Agence spatiale canadienne, a capturé des preuves définitives de la présence de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère d'une planète géante gazeuse en orbite autour d'une étoile semblable au Soleil située à 700 années-lumière. La cible du programme d'observation, WASP-39 b, est une planète géante gazeuse chaude dont la masse représente environ un quart de celle de Jupiter (à peu près la même que Saturne) et dont le diamètre est 1,3 fois supérieur à celui de Jupiter. Sa bouffissure extrême est liée en partie à sa température élevée (environ 900 °C). Contrairement aux géantes gazeuses plus froides et plus compactes de notre système solaire, WASP-39 b orbite très près de son étoile - à peine un huitième de la distance entre le Soleil et Mercure…

0 commentaire

[Les premières images du JWST révélées le 12 juillet 2022]

Après des années d'attente, l'équipe du télescope spatial James-Webb publiera ses premières images le 12 juillet. Un événement à suivre en direct à partir de 16h30 (heure de Paris). Certes, la mission du télescope pour les prochaines années est ambitieuse, des premiers âges de l'Univers jusqu'à la recherche d'exoplanètes peut-être pas si lointaines, mais les détails déjà connus de son premier cycle d'observation permettent de spéculer sur ce vers quoi il a dirigé ses "yeux" depuis sa mise en opérations, en mai, sur son orbite située à 1.5 millions de kilomètres de nous. A quoi ressemblaient les plus anciennes étoiles ?Quelques centaines de millions d'années après le Big Bang, les toutes premières étoiles ont vraisemblablement commencé à briller mais l'empreinte qu'elles ont laissée dans les nuages de gaz qui les entouraient était indiscernable jusqu'ici. Il est possible que des observations dirigées par Jeyhan Kartaltepe, de l'Institut de technologie de Rochester,…

0 commentaire

[Les projets de base lunaire, repoussés après 2034]

C'est ce que révèlent des documents internes de l'agence spatiale américaine. Ils contiennent un calendrier des lancements vers la Lune, à une cadence qui n'atteindrait même pas le rythme d'une mission par année avant 2030. Ces documents sont apparus à peu près en même temps que ce qui devrait être le "dernier test" des réacteurs de la nouvelle fusée lunaire, toujours affublée du nom Space Launch System (SLS), avant son premier lancement, prévu à une date toujours indéterminée. Officiellement, l'agence spatiale s'en tient toujours à son programme Artemis -le nom du programme lunaire- prévoyant trois lancements du SLS: le premier inhabité, le deuxième avec deux astronautes en orbite lunaire, et le troisième incluant une marche sur la Lune. La NASA est toujours restée vague sur les lancements suivants, qui doivent en théorie assurer l'établissement d'une base permanente là-haut. Mais selon les documents internes, même le troisième est déjà repoussé après…

0 commentaire

[Découverte d’un nouveau phénomène astrophysique: les Micronovae]

Comment ça, on n’en finit plus de miniaturiser ? Après les novae et les supernovae, la publication dans la revue « Nature » le 20 avril dernier par une équipe britannique fait état de la découverte d’un phénomène jusqu’alors encore jamais observé : une micronova . En effet, une supernova correspond soit à la destruction d’une naine blanche (résidu d’une étoile de masse modérée en fin de vie) soit à l’effondrement du cœur d’une étoile massive en étoile à neutrons ou en trou noir selon la masse engagée. Dans les deux cas, il s’agit bien d’une extraordinaire explosion rendant l’astre parfois visible en plein jour depuis la Terre à l’image de celle qui fut à l’origine de l’étoile à neutron au centre de la nébuleuse du Crabe située à 6500 années-lumières de la Terre. Nébuleuse du Crabe, à 6500 années-lumières dans la constellation du Taureau  On pourrait aussi ajouter la supernova 1987A en provenance du…

0 commentaire

[Le trou noir du centre de notre galaxie en image]

Le trou noir du centre de notre Voie Lactée, Sagittarius A*, tient son nom de la constellation du Sagittaire dont il est la plus brillante source en ondes radio. Depuis ce jeudi 12 mai, il a un visage, que le consortium scientifique Event Horizon Telescope (EHT) a dévoilé. Un trou noir peut par exemple se former à la mort d'une étoile d'une masse telle que même les noyaux atomiques s'effondrent sous la gravité. Toute la masse est alors concentrée en un point (d'un point de vue mathématique). L'origine de ceux qui constituent les centres de galaxies n'est pas bien connue mais la preuve de leur existence est apportée par l'observation des orbites de rotation des étoiles autour, qui permettent par ailleurs d'en calculer des propriétés. Sagittarius A* pèse ainsi 4,5 millions de fois la masse du Soleil ! L'observation en millimétrique de celui-ci permet de le révéler, bien qu'un trou noir,…

1 commentaire

[Les micronovae, nouvelles explosions stellaires connues]

Une équipe d'astronomes, dirigée par Simone Scaringi, astronome à l'Université de Durham au Royaume-Uni, a observé un nouveau type d'explosion stellaire - une micronova. Ces explosions se produisent à la surface de certaines étoiles et remettent en question notre compréhension de la manière dont se produisent les explosions thermonucléaires dans les étoiles. Les micronovae sont des événements extrêmement puissants, mais petits à l'échelle astronomique ; elles sont beaucoup moins énergétiques que les explosions stellaires connues sous le nom de novae, que les astronomes connaissent depuis des siècles. Les deux types d'explosions se produisent sur des naines blanches, des étoiles mortes dont la masse est à peu près celle de notre Soleil, mais qui sont aussi petites que la Terre. Une naine blanche dans un système à deux étoiles peut voler de la matière, principalement de l'hydrogène, à son étoile compagnon si elles sont suffisamment proches. Lorsque ce gaz tombe sur…

0 commentaire

[La masse du neutrino est inférieure à 1 eV/c²]

Particules massives les plus abondantes de l'Univers, les neutrinos n'ont pas encore révélé tous leurs secrets... Ce sont des particules élémentaires de charge électrique nulle, dont il existe trois « saveurs » : électronique, muonique et tauique. Vestiges du Big Bang, ils sont aussi produits dans lors de désintégrations radioactives bêta, comme celle du tritium, un isotope de l'hydrogène. L'expérience KATRIN (Karlsruhe Tritium Neutrino Experiment), installée en Allemagne, cherche à mesurer directement la masse du neutrino, par l’étude du spectre de désintégration bêta du tritium. Elle vient de franchir un seuil symbolique en révélant une nouvelle limite supérieure de 0,8 eV/c2 pour la masse des neutrinos. Ce résultat revêt un intérêt fondamental tant pour la physique des particules que pour la cosmologie. En effet, l'origine de la masse des neutrinos reste encore inexpliquée par la théorie et pourrait être un élément clé pour dévoiler une nouvelle physique au-delà du modèle standard de la…

0 commentaire

[Les étoiles de Noël]

Les vacances de Noël approchent, et avec elles le programme des animations du planétarium Ludiver, on vous le partage !Ludiver est ouvert tous les jours de 14h00 à 18h00 sauf les 25 décembre et 1er janvier. Passe sanitaire dès 12 ans | Masque dès 11 ans.Tous les événements sont soumis à réservation obligatoire au 02.33.78.13.80. Évènements Famille Atelier vacances : tous les ateliers durent 1 h. Mardi 21 décembre, 14h45 ou 16h00, pour les 3/6 ans : Le Temps (jour/nuit)Mercredi 22 décembre, 14h45, pour les 7/11 ans, « light painting » (peindre avec la lumière)Mardi 28 décembre, 14h45 ou 16h00, pour les 3/6 ans : LunoscopeMercredi 29 décembre, 14h45 ou 16h00, pour les familles : ConstellationsJeudi 30 décembre, 14h45, pour les 7/11 ans : La Traversée du Zodiaque Noël sous les étoiles ! Concert de M. Ribouldingue « Une balançoire sur la Lune » le jeudi 23 décembre à 14h00…

0 commentaire

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger