You are currently viewing [Au Centre Hospitalier Public du Cotentin (CHPC), une Unité au service de la Recherche]

Le CHPC, 4ème établissement de Santé de Normandie, couvre une population de 200 000 habitants. Il comprend deux hôpitaux (Cherbourg et Valognes), deux Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) et un Institut de Formation en Soins Infirmiers et Aides-Soignants (IFSI-IFAS). Le CHPC (environ 2400 salariés dont 241 médecins) est également porteur du registre des cancers de la Manche et du Centre de Coordination en Cancérologie du Cotentin. C’est une structure qui a comptabilisé l’an dernier 45 000 entrées en hospitalisation, plus de 210 000 consultations externes et environ 52 000 passages aux urgences.

Depuis 2015, l’Unité Recherche Clinique et Innovation (URCI), grâce à une équipe pluridisciplinaire, centralise tous les travaux de recherche effectués au CHPC.

L’URCI en pratique

L’URCI est un appui logistique, législatif, économique et scientifique pour les professionnels médicaux et paramédicaux du CHPC qui souhaitent s’investir dans la recherche (créer un projet, participer à une étude, publier un article…). Les missions confiées à cette unité permettent également d’apporter une dynamique différente dans les services de soins, de créer une interface entre le patient et les médecins et d’assurer un suivi personnalisé des patients qui participent à une étude.

Le travail de l’unité peut être divisé en deux thématiques : la recherche clinique d’une part et la recherche scientifique (fondamentale et appliquée) associée à la recherche technologique d’autre part.

La recherche clinique au CHPC : qu’est-ce que c’est ?

L’objectif de la recherche clinique est de faire évoluer la prise en charge des patients, la qualité des prestations de soins, les performances du système de soins et de permettre le progrès médical en offrant à la population du Cotentin l’opportunité d’une approche thérapeutique différente et innovante hors CHU.

La recherche clinique est le moyen le plus fiable pour contribuer à ce progrès car, à tout moment, la sécurité du patient est encadrée par une législation stricte. Elle se décline en différentes catégories : d’un côté les « recherches impliquant la personne humaine (RIPH) », recherches organisées et pratiquées sur l’être humain en vue du développement des connaissances biologiques ou médicales (Article L1121-1 du Code de la Santé Publique) et de l’autre les recherches qui portent principalement sur la réutilisation de données de santé.

En 2020, le CHPC comptait 58 études ouvertes.

La recherche scientifique et technologique : un exemple de collaboration

Le CHPC et le GREYC (Groupe de Recherche en Informatique, Image, et Instrumentation de Caen) travaillent ensemble depuis 1995 dans un domaine de recherche concernant l’analyse d’image appliquée à l’anatomie et la cytologie pathologiques.

Le projet en cours s’intitule MiDiPATH : Microscopie Digitale en anatomie et cytologie PATHologiques. Ce programme de recherche a obtenu un financement FEDER (Union Européenne et Région Normandie) et acte la collaboration entre le CHPC (expertise en anatomopathologie et en recherche clinique), le GREYC (expertise en traitement d‘images) et la société EPINEST (ingénierie, recherche et développement, mise sur le marché). D’une durée de deux ans pour un montant de près de 900 000 €, ce projet a pour but de développer des outils numériques de traitement d’images, d’aide à la décision et au diagnostic en anatomopathologie.

Laisser un commentaire