[Une équipe cherbourgeoise à la pointe des recherches sur les hydroliennes]

Qu’est-ce qu’une hydrolienne ? Une hydrolienne permet de produire de l’électricité renouvelable à partir des courants marins ou fluviaux. Elle fonctionne selon le même principe qu’une éolienne mais le fait de l’immerger présente plusieurs avantages : la marée étant prévisible, il est possible de connaître à l’avance la production, ce qui facilite l’insertion de l’électricité sur le réseau ;l’impact visuel est nul étant donné que l’hydrolienne est immergée ;la densité de l’eau étant environ 800 fois plus élevée que celle de l’air, il est possible de produire beaucoup d’électricité (1 à 2 Mégawatts) avec un dispositif assez compact (10 à 20 m de diamètre). Le Raz Blanchard est un site exceptionnel car les courants atteignent 5 m/s lors des marées de vives eaux. C’est l’un des plus importants gisements hydroliens dans le monde. Théoriquement, les courants du Raz Blanchard peuvent produire 5,1 Gigawatts, l’équivalent de plusieurs centrales nucléaires. Où en sont les projets dans…

2 commentaires

[31e cérémonie des IGNobel]

La 31e cérémonie des IGNobel se tenait le 9 septembre 2021, gratifiant des chercheurs à l’origine d’études scientifiques improbables… qui poussent quand même à se dire qu’il fallait y penser. Parmi les 10 lauréats, la prix de médecine décerné Olcay Cem Bulut et ses collègues aura particulièrement amusé. Il sont récompensés pour avoir démontré que le sexe permet de soulager efficacement les congestions nasales... L'étude, dans sa démarche scientifique, les méthodes mises en œuvre et la présence d'un comité d'éthique, est tout ce qu'il y a de plus sérieuse et les résultats concluants (source en bas de page). Nous avons toutefois choisi de nous arrêter plus longuement sur le prix IGNobel de physique, attribué à Alessandro Corbetta et ses compères pour avoir identifié les facteurs qui permettent aux piétons de ne pas se heurter entre eux. Ces travaux se basent sur l'observation de plusieurs millions de trajectoires réelles obtenues sur…

0 commentaire

[Le télescope JWST rejoindra les étoiles le 18 décembre]

La Nasa, l'ESA et Arianespace l'ont annoncé hier, le lancement très attendu du JWST alias le télescope spatial James Webb, souvent présenté comme le remplaçant d'Hubble, aura lieu le 18 décembre 2021. En juin, on a craint voir arriver la fin de vie d’Hubble, après que l’ordinateur qui contrôle ses instruments se soit arrêté le 13 juin 2021. Heureusement, l'ordinateur de secours a pu être redémarré et Hubble fonctionne de nouveau en Mode Normal depuis le 19 juillet 2021. Il continue à transmettre des images époustouflantes de beauté et de richesse scientifique depuis cette date, enrichissant une collection déjà très impressionnante. Pour autant, le remplaçant d'Hubble était déjà dans les cartons depuis longtemps. Le JWST explorera toutes les phases du cosmos, jusqu’aux premiers âges de l’Univers et la formation des premières galaxies. Il sera placé en orbite autour du Soleil au point de Lagrange L2, à 1,5 million de kilomètres de la Terre,…

0 commentaire

[Vigie-Ciel observe le météore qui a survolé la Bretagne]

Vigie-Ciel est un programme de sciences participatives qui invite à observer les étoiles filantes, rechercher des météorites et des cratères d'impacts. Il est adossé au programme scientifique FRIPON qui permet de détecter les bolides qui entrent dans notre atmosphère et de retracer leur origine et la zone de chute d'éventuels météorites. Or, ce dimanche soir, un bolide (météore très lumineux) a traversé le ciel à 23h47. Il a été observé depuis un large quart Nord-Ouest de la France. Plus de 400 témoins rapportent un objet très impressionnant qui a également été entendu par certains. Les stations FRIPON/Vigie-Ciel de Querqueville (Groupe astronomique de Querqueville) de Ludiver  (Planétarium de Ludiver)  ainsi que celle de Vannes (Club Astronomie de Rhuys) ont observé le phénomène. Le bolide est passé au dessus de Brest (Service hydrographique et océanographique de la Marine) ; malgré une couverture nuageuse locale, l’image reste  spectaculaire. Le croisement des données relevées…

0 commentaire

[La Grande Barrière de corail menacée]

Située au nord-est de l'Australie, dans l’océan Pacifique, la Grande barrière de corail est la plus grande structure vivante de la planète et constitue l’une des sept merveilles naturelles du monde. Elle s’étend sur 344 400 km², une superficie immense qui la rend même visible depuis l’espace. L'Institut australien pour la science marine (AIMS) a récemment indiqué que les coraux étaient en ce moment dans une phase de rétablissement après une décennie d'événements très stressants pour l'ensemble du système, du fait du réchauffement de l'eau et de l'impact de cyclones. Ces moments de répit sont toutefois de plus en plus rares. Ainsi, si la Grande barrière renferme un trésor de faune et de flore, avec de nombreuses espèces encore méconnues de la science, plusieurs menaces pèsent lourdement sur son écosystème très vulnérable. Au cours des trente dernières années, elle a perdu la moitié de sa surface corallienne, la pollution a…

0 commentaire

[L’Antarctique, laboratoire de glace]

En Antarctique, continent de glace, la nature et la science ont priorité. Depuis plus de 60 ans, avec le Traité sur l’Antarctique, il est en effet réservé aux seules activités pacifiques. Et depuis 30 ans, le protocole de Madrid interdit l’exploitation des ressources minérales de ces terres gelées à des fins autres que scientifiques. Au cœur de nombreuses recherches, ce continent est d’une importance capitale pour la science que ce soit pour étudier les espèces qui y vivent, l’impact du changement climatique sur les glaces ou encore pour mieux comprendre notre planète depuis ce laboratoire naturel. A travers une vidéo publiée récemment, le CNRS présente un aperçu des recherches menées sur le continent blanc:> https://lejournal.cnrs.fr/videos/lantarctique-laboratoire-de-glace

0 commentaire

[Pluie d’étoiles filantes: c’est le bon moment pour les observer]

Chaque année, entre mi-juillet et fin août, la Terre, sur son orbite autour du Soleil, traverse les courants de poussières dispersés par la comète 109P/Swift-Tuttle au fil de ses passages durant des siècles. Cette comète rend visite au Soleil tous les 133 ans - la dernière fois, c'était en 1992 - et sous l'action de notre étoile, des poussières sont arrachées à sa surface glacée, accumulées dans des courants que la Terre traverse tous les ans, aux mêmes dates. L'essaim est centré sur la constellation de Persée, d'où les Perséides tirent leur nom ! Si la pluie d'étoiles filantes des Perséides est l'une des plus belles de l'année, observable à une saison où les températures sont plus agréables, ce n'est pas la seule: les Léonides, en novembre, dont la position du radiant est au sein de la constellation du Lion,les Géminides en décembre, dont la position du radiant est au sein de la constellation…

1 commentaire

[Décès de Steven Weinberg, unificateur de forces]

Steven Weinberg, l'un des plus grands physiciens théoriciens de tous les temps, est décédé le 23 juillet à l'âge de 88 ans. Il avait révolutionné la physique des particules, la théorie quantique des champs et la cosmologie grâce à des percées conceptuelles qui, aujourd'hui encore, constituent le fondement de notre compréhension de la réalité physique. Weinberg est bien connu pour sa théorie unifiée des forces faibles et électromagnétiques, qui lui a valu en 1979 un prix Nobel, partagé avec Sheldon Glashow et Abdus Salam, et qui a permis de prédire les bosons vecteurs Z et W, découverts ultérieurement au CERN en 1983. S'il a pu construire cette théorie, c'est parce qu'il a compris que certaines nouvelles idées théoriques, dont on pensait initialement qu'elles pouvaient servir à la description des interactions fortes présentes dans le noyau, pouvaient en fait expliquer la nature de la force faible. « J'ai soudain compris qu'il s'agissait…

0 commentaire

[Une fibre artificielle plus résistante que la toile d’araignée]

La nature a souvent de bonnes idées, que les chercheurs essaient de s'approprier, comme c'est récemment le cas avec la production d'une fibre plus performante que la soie d'araignée. Cinq fois plus résistante que l'acier à poids égal, et en même temps étonnamment flexible, la soie d'araignée présente une composition particulière et complexe, subtile mélange de deux composants: l'un cristallin et l'autre amorphe. L'élément cristallin, qui représente environ 10 à 25 % de la fibre, est formé de l'assemblage de petits peptides de quelques acides aminés contenant des répétitions d'alanine ou d'alanine et de glycine. Ces peptides s'organisent en cristaux de 2 à 5 nanomètres de côté, grâce à des liaisons hydrogènes entre différentes couches d'acides aminés superposés (qui forment la structure appelée feuillet bêta). Au contraire, le composant amorphe n'est pas constitué d'un réseau de molécules organisés mais de peptides, plus longs et plus riches en acide aminé glycine. Leur empilement…

0 commentaire

[Pourquoi le ciel est-il noir la nuit ?]

Bien que le ciel soit rempli d'étoiles, objets lumineux par excellence, il nous apparaît noir chaque nuit... Ce paradoxe a pour la première fois été relevé par Heinrich Olbers, médecin allemand passionné d'astronomie, qui en 1823 écrivait dans un ouvrage intitulé "La transparence cosmique": "S'il y a réellement des soleils dans tout l'espace infini, leur ensemble est infini et alors le ciel tout entier devrait être aussi brillant que le Soleil. Car toute ligne que j'imagine tirée à partir de nos yeux rencontrera nécessairement une étoile fixe quelconque, et par conséquent tout point du ciel devrait nous envoyer de la lumière stellaire." Pour comprendre pourquoi ce n'est pas le cas, il faut convoquer la relativité générale d’Einstein et notamment se rappeler que l’Univers est en expansion.« L’âge de l’Univers est fini et la lumière de ses étoiles est atténuée par l’expansion de l’Univers » On pourrait s’attendre à ce que le ciel…

0 commentaire

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger