[Un Afterwork dédié à l’usine du futur]

Les partenaires de l’écosystème Cotentin Numérique organisent jeudi 21 octobre de 17h à 20 h un Afterwork dédié à l’usine du futur dans les locaux du Pôle Universitaire de Cherbourg (IUT) qui s’adresse aux entreprises, et aux étudiants. Le concept d’industrie 4.0 ou industrie du futur correspond à une nouvelle façon d’organiser les moyens de production. Cette nouvelle industrie s'affirme comme la convergence du monde virtuel, de la conception numérique, de la gestion (opérations, finance et marketing) avec les produits et objets du monde réel. robotique - data - exosquelettes - VR - AR - capteurs - iot – sécurité. Cet événement a pour but de présenter des cas d’usages et des outils et services permettant une mise en place au sein des entreprises  à travers des témoignages lors de la table ronde et des démos sur les stands du salon. Les filières de formation du territoire y seront aussi…

0 commentaire

[EAMEA : Ecole des Applications Militaires de l’Energie Atomique]

L’École des applications militaires de l’énergie atomique a pour mission de contribuer à l’enseignement militaire supérieur interarmées en assurant la formation des officiers de la Marine nationale, de l’Armée de l’air et de l’espace, de l’Armée de terre et de la Gendarmerie nationale en matière de techniques et de sécurité nucléaires. Elle assure également la formation des sous-officiers et des officiers mariniers. Enfin, elle participe à la formation des ingénieurs de la direction générale de l’Armement (DGA) et des entreprises de défense. L’EAMEA comprend trois départements en son sein : un département attaché à la propulsion nucléaire, un autre relatif aux armes nucléaires et un dernier plus transverse qui recouvre la maîtrise des risques nucléaires.  Les formations dispensées par l'EAMEA sont destinées à des niveaux très différents : personnels de conduite et d’exploitation, de l’opérateur à l’officier : cours opérateurs et chefs de quart pour sous-marins nucléaires, porte-avions Charles de…

0 commentaire

[Une fibre artificielle plus résistante que la toile d’araignée]

La nature a souvent de bonnes idées, que les chercheurs essaient de s'approprier, comme c'est récemment le cas avec la production d'une fibre plus performante que la soie d'araignée. Cinq fois plus résistante que l'acier à poids égal, et en même temps étonnamment flexible, la soie d'araignée présente une composition particulière et complexe, subtile mélange de deux composants: l'un cristallin et l'autre amorphe. L'élément cristallin, qui représente environ 10 à 25 % de la fibre, est formé de l'assemblage de petits peptides de quelques acides aminés contenant des répétitions d'alanine ou d'alanine et de glycine. Ces peptides s'organisent en cristaux de 2 à 5 nanomètres de côté, grâce à des liaisons hydrogènes entre différentes couches d'acides aminés superposés (qui forment la structure appelée feuillet bêta). Au contraire, le composant amorphe n'est pas constitué d'un réseau de molécules organisés mais de peptides, plus longs et plus riches en acide aminé glycine. Leur empilement…

0 commentaire

[Une histoire de Petit Prince… ou plutôt de Saint Exupéry]

Le 29 juin est la journée mondiale du Petit Prince qui fête également cette année les 75 ans de sa parution en France. Cette date a été retenue en hommage à son auteur Antoine de Saint Exupéry né le 29 juin 1900. Si Antoine de Saint Exupéry est connu pour être un écrivain à succès et un grand aviateur, on connaît moins son côté inventeur prolifique qui n’a eu de cesse de chercher des solutions à des problèmes concrets qu'il rencontrait quotidiennement pendant ses missions aériennes. Le premier brevet déposé par Antoine de Saint-Exupéry date de 1934 (Brevet n° 795.308) et concerne un système pour l’atterrissage sans visibilité des avions. Il fait preuve d’esprit scientifique dans sa façon d’aborder les questions et d’ingéniosité technique pour les résoudre. Ce brevet décrit un système lumineux d'aide à l'atterrissage sans visibilité, mesurant en permanence la hauteur de l'avion par rapport au sol. Antoine…

0 commentaire

[Fusion nucléaire: obstacles et enjeux]

On l'apprenait il y a quelques jours, un tokamak chinois, l'Experimental Advanced Superconducting Tokamak (East) a réussi à maintenir son plasma à une température de plus de 120 millions de degrés pendant 101 secondes. Le tokamak East est un dispositif de confinement magnétique expérimental satellite du projet Iter, lequel mobilise pas moins de 35 pays dans le but de produire un réacteur thermonucléaire expérimental. Il existe environ 200 tokamaks dans le monde, visant à explorer la physique des plasmas et les possibilités de produire de l'énergie par fusion nucléaire. En effet, énergie réputée propre, sûre et illimitée, la fusion nucléaire est vouée à jouer un rôle important dans le futur, dans un contexte où elle permettrait une production abondante d'énergie sans émission de gaz à effet de serre, sans production de déchets radioactifs et avec moins de risques d'accident. La fusion nucléaire consiste à produire de l'énergie en rapprochant des…

0 commentaire

[Un siècle de transatlantique par les airs]

Si vous avez déjà longé la “route touristique”, voie parcourant le littoral du Cotentin, vous connaissez ses panneaux typiques indiquant “La Mer”. Mais une direction particulière a pu retenir votre attention : “Lindbergh-Plage”. Lindbergh ? C’est ni un ruisseau ni un cap local, alors à quoi ce nom fait-il référence ? Lindbergh nous renvoie presque cent ans en arrière, et surtout dans le monde aussi fascinant techniquement que rocambolesque de celles.ceux que l’on nomme les pionniers et pionnières de l’aviation (constructeurs et pilotes), tel que Charles Lindbergh ! Le début du XXème siècle est en effet marqué par le développement de la capacité des humains à projeter des objets, et se projeter, dans les airs, et à une vitesse toujours plus grande. Suite au premier vol d’un engin motorisé plus lourd que l’air, l’Eole, de l’ingénieur haut-garonnais Clément Ader en 1890, l’aviation ne va dès lors cesser de repousser ses…

0 commentaire

[Quelques nouvelles de l’Espace]

Ces derniers jours, l'actualité scientifique et technique est largement dominée par l'arrivée de Thomas Pesquet sur l'ISS d'une part et les prouesses de Perseverance sur Mars d'autre part. Petit résumé de cette semaine extraterrestre: Au terme d'un voyage de 23 heures, la capsule Crew Dragon de Space-X, qui transportait quatre astronautes dont le normand Thomas Pesquet, s’est arrimée samedi matin à la Station spatiale internationale. Tout s’est déroulé sans encombre pour l’astronaute français et ses trois coéquipiers, les Américains Shane Kimbrough (commandant), Megan McArthur (pilote) et le Japonais Akihiko Hoshide. Si l'orbite de l'ISS n'est "que" à 400 km de la surface de la Terre, Perseverance poursuit sa mission martienne, à 300 000 000 km de la Terre. Ainsi, cette semaine: l'astromobile Perseverance transformait du dioxyde de carbone issu de l’atmosphère de Mars en oxygène. Le module MOXIE permet en effet de recueillir le CO2 (qui compose 96% de l'atmosphère…

0 commentaire

[Journée mondiale des radioamateurs]

Même si les nouveaux moyens de communications issus du monde numérique ont un peu fait pâlir l'image du radio amateurisme, les radioamateurs ont leur journée mondiale. Chaque 18 avril, on célèbre en effet l'anniversaire de la création de l'IARU (International Amateur Radio Union) qui remonte à 1925. Radioamateur : c’est quoi… ? Les radioamateurs sont des personnes qui pratiquent, sans intérêt pécuniaire, un loisir technique permettant d'expérimenter différentes techniques de transmission et par conséquences d'établir des liaisons radio avec d'autres stations radioamateurs du monde entier. Beaucoup d'avancées technologiques sont dues aux radioamateurs, c'est par exemple grâce à eux que les fréquences au-dessus de 30 MHz sont aujourd'hui utilisées. L'activité radioamateur permet d'acquérir des connaissances techniques dans les domaines de la radio, de l'électronique, du numérique, de l’espace, de la télévision et de développer des liens d'amitié entre amateurs de différents pays. Un radioamateur est identifié dans le monde par son…

0 commentaire

[Comment fabrique-t-on une cloche ?]

En ce jour de Pâques, nous avons décidé de nous intéresser aux techniques de fabrication des cloches. Celles-ci n’ont en fait guère évolué depuis le Moyen-âge. Ainsi, les cloches sont composées de bronze, dont l’alliage comprend 78 % de cuivre et 22 % d’étain. Le métal en fusion est déversé dans des moules composés d’argile, de crottin de cheval et de poils de chèvre, capables de résister à des températures supérieures à 1000 °C ! Toute la technique de fabrication repose sur le moule, qui définit le profil de la cloche, lequel donne sa tonalité ! Si sa fabrication est aujourd’hui assistée par ordinateur, sa composition et sa fabrication ont peu évoluées. Il est composé d’un noyau central (partie du moule à l’intérieur de la cloche) sur lequel est construite la fausse cloche (copie en terre et en cire de la réalisation finale), recouverte de la chape (partie du moule…

0 commentaire

[De l’importance de l’esprit critique]

Avec la complicité de la Presse de la Manche, Terminus des Sciences diffusait ce jeudi 01 avril 2021 un canular dans lequel le détournement de drone militaire aurait pu être causé par une console de jeu vidéo. Vous trouverez l’article ici. Retrouverez-vous les "sept erreurs" qui auraient dû vous alerter sur le caractère fantasque de cet événement ? 3e § : « 50 km » n’est pas une altitude accessible à un drone, c’est même la limite à laquelle on quitte la stratosphère.3e § : « une fréquence de 400 THz » correspond à de la lumière visible (dans les bleus) qui n’a rien à voir avec les bandes de fréquences de la 5G.4e § : « Lieutenant-Officier » ne constitue pas un grade militaire.4e § : le drone ne peut pas être à la fois « en vol stationnaire » et « à Mach 2 » puisque dans un…

0 commentaire

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger